Mauvais genre

511fqr2gmcl-_

Mauvais genre

 Chloé Cruchaudet

roman graphique/BD

Editions Delcourt/Mirages

prix du public au Festival de la BD d’Angoulême 2014

Roman graphique ayant pour thème un travesti  en proie aux désirs du genre féminin   qu’il endosse à l’époque après guerre.

→ Présentation éditeur

Présentation par  l’auteure

Ce récit est  l’histoire vraie de Louise et de son mari Paul, qui ayant déserté le front de la première guerre mondiale, décide  de se travestir en femme pour se cacher des autorités. Il a vécu pendant dix ans avec une identité féminine, jusqu’à ce que les déserteurs soient finalement amnistiés, et qu’il puisse réintégrer son identité d’homme. 

→ Interview de l’auteure sur RFI 

→ Ma chronique sur Impermanence

→ site de l’auteure 

 

Georges Pichard, Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope, Glénat,

9782723472944-L

 

Marie-Gabrielle de Saint-Eutrope

Georges Pichard

éditions Glénat

BD adultes 240 pages

2009

Présentation de l’éditeur

Le grand classique pornographique de George Pichard réédité en collection 1000 Feuilles, sublime écrin de TOUTES les bandes dessinées.
Il est tout simplement l’un des plus grands. Mais aussi l’un des plus méconnus. Dessinateur de Wolinski sur le célèbre Paulette, pilier de Charlie mensuel, professeur aux arts appliqués et mentor graphique de David B, Joann Sfar ou encore Annie Goetzinger, Georges Pichard a donné corps à l’érotisme et à la pornographie avec une élégance peu commune. Édité à la fin des années 70 par les Éditions Glénat – et aussitôt interdit pour la puissance charnelle de sontrait et la violence crue de son scénario – Marie-Gabrielle de Saint Eutrope, ici complété par Marie-Gabrielle en Orient, offre en près de 300 pages le plus bel hommage posthume qui soit à un formidable créateur que l’évolution des mentalités permet enfin de redécouvrir en toute objectivité. Marie-Gabrielle de Saint Eutrope est à la bande dessinée ce que Les 120 jours de Sodome du Marquis de Sade sont à la littérature

→ Lire chronique